♪ UMLA : le génial premier album d’Alpha Wann

Après plus de 10 ans de carrière et trois EP en solo, Alpha Wann a enfin dévoilé UMLA (Une Main Lave l’Autre), son tout premier album. Et ça valait le coup d’attendre.

Auprès de son public et de ses amis, Alpha Wann est connu comme étant un grand technicien du rap. Cette réputation, il l’entretient depuis près de 10 ans maintenant. D’abord au côté de 1995 et de L’Entourage, son flow et son écriture soigneuse ne manquent pas d’impressionner. Mais de nature perfectionniste, Alpha ne s’arrête pas de travailler afin d’atteindre son seul et unique but : devenir un rappeur exceptionnel. Il débute alors sa carrière solo en 2014 avec un premier EP qui met tout le monde d’accord : Alph Lauren. Vient ensuite le volume 2 en 2016 puis le troisième et dernier volume en avril 2018. On est spectateur d’une vraie ascension musicale. Mais après quatre ans, les EP ne suffisent plus à nous rassasier.

Et alors que l’on commençait à s’impatienter, le rappeur s’est enfin senti prêt à passer le cap. Le 21 septembre, Alpha Wann nous a présenté son tout premier album : Une Main Lave l’Autre.

UMLA ou la concrétisation

Avec UMLA, Alpha Wann condense toutes ses années de travail dans les 17 titres de l’album. Parmi ces nombreux morceaux, le rappeur a invité 5 de ses confrères pour des featurings : Infinit’, Sneazzy, Doum’s et Diabi. Au niveau des prods, ce sont les noms de Hologram Lo’, VM The Don, Diabi ou Seezy qui reviennent le plus souvent.

L’album débute sur le titre « Le Piège ». Entre technique, egotrip et punchlines, le morceau introduit parfaitement et réunit tous les points forts du rappeur afin de nous préparer à ce qui va suivre. « J’arrive en mode raptor » dit-il. Et il a bien raison puisque dans le deuxième morceau, « Starsky & Hutch », Alpha nous crache un « feu » renversant imbibé d’egotrip. Mais alors qu’il a fait de ce style sa marque de fabrique, pour UMLAle Phaal lève le voile sur des moments de sa vie. Le temps de trois morceaux, il met l’egotrip au placard et nous conquit aisément. Entre ses échecs amoureux dans « Pour Celles » et ses nombreux regrets dans « Fugees », on est loin du personnage confiant et avide de succès. Et quand on pensait qu’il nous en avait déjà beaucoup dit, le seizième et avant-dernier morceau nous met une claque.

« C’qui ne m’tue pas me rend plus fort et rend mes lyrics amers »

« Une Main Lave l’Autre », du même nom que l’album, est sans aucun doute mon morceau favori. Rempli de remords et d’amertume, Alpha Wann dépeint sa vie de sa naissance à aujourd’hui sur une magnifique prod. de Hologram Lo’. Il évoque notamment sa famille et la honte qu’il semble représenter pour elle. Mais comme il l’explique dans la citation plus-haut, tous ses regrets ont l’air d’avoir nourri son art.

Une Main Lave l’Autre signe une véritable consécration dans la carrière d’Alpha Wann. Que ce soit au niveau de la technique ou des lyrics, le rappeur a surpassé toutes nos attentes. Il a fait l’unanimité auprès du public et certains proposent déjà de l’élever au rang de » classique ». Si l’album reste une inévitable démonstration de ce qu’il sait faire de mieux, à savoir le kickage, il réussit à oublier l’egotrip et ose se confier dans trois magnifiques morceaux. Avec UMLA, Alpha Wann démontre qu’il a déjà atteint son but : il est bel et bien un rappeur exceptionnel.

 

Laisser un commentaire