« Sweet Blue », la nouvelle pépite de Cleo Sol

Cleo Sol dévoile « Sweet Blue », le deuxième single de son premier projet. Un morceau aussi envoûtant que le précédent, qui promet un album terriblement savoureux.

Rien de mieux qu’une nouvelle chanson de Cleo Sol pour égayer son week-end. Trois mois après la sortie de l’envoûtant « One » issu de son premier album à venir, la chanteuse londonienne et son succulent timbre de voix est de retour. En début d’année, Cleo Sol a dévoilé deux morceaux inédits en version live : « I’m Still Young » et « Sweet Blue ». C’est ce dernier que l’Anglaise a décidé de nous faire découvrir, accompagné de son clip.

Une douceur vocale

La délicate voix de Cleo Sol ouvre le bal, escortée par une mélodie au piano. Toujours dans la lignée de son univers musical, « Sweet Blue » est un mélange parfait de soul et de R&B. Une chanson d’amour apaisante et positive qui enchante nos tympans grâce à la douceur vocale indescriptible de la chanteuse. Un grand bravo (et merci) à Inflo, son producteur qui est à l’origine de ce morceau mais également de la production de « One » et de son premier EP, Winter Songs.

« My mother told me what to do without her, saying
Better to smile than let it get you down
Darling, Darling please keep your head up to the sky
It’s beautiful outside
And the sky just seems so blue »

Le clip, réalisé par Jeremy Ngatho Cole et Marco Grey, met en scène Cleo Sol dans un appartement à la décoration rétro. Sous la forme d’un plan-séquence, la jolie Anglaise vêtue d’un élégant kimono bleu effectue quelques pas de danse, arborant un sourire des plus charmants. Avec ce sensationnel deuxième extrait, le premier album de Cleo Sol, toujours sans nom, s’annonce plus que merveilleux.

Ari Lennox se dévoile avec « Shea Butter Baby »

Le 7 mai, Ari Lennox a sorti Shea Butter Baby, son tout premier album. La protégée de J. Cole se dévoile avec sincérité et émotion sur des morceaux teintés par des influences jazz, soul et R&B.

Une voix envoûtante et une mélodie délectable. En juin 2018, je découvre pour la première fois Ari Lennox et son tout nouveau morceau « Whipped Cream ». Sous l’aile de J. Cole, elle prépare à ce moment-là son premier album. À l’écoute de ce titre aux sonorités neo soul, je n’avais évidemment qu’une hâte : découvrir l’univers d’Ari Lennox.
Après avoir parsemé l’année de plusieurs singles promotionnels comme « Grampa » ou « Pedigree », la chanteuse de 28 ans a enfin annoncé la sortie de son album Shea Butter Baby, du même nom que le deuxième single de ce dernier en featuring avec J. Cole. Intense, sensuel et toujours ce timbre de voix aussi envoûtant, ce titre me conforte dans l’idée que ce projet sera merveilleux.

Une semaine avant sa sortie, un troisième et dernier single voit le jour. « Up Late » et son ambiance incroyablement épicurienne racontent la nuit que la chanteuse partage avec un homme. Un titre qui donne le ton à l’album : Shea Butter Baby est une porte ouverte sur l’intimité d’Ari Lennox.

Une femme sexy

En naviguant entre les mélodies lascives et raffinées, l’artiste américaine présente différentes thématiques liées à l’amour mais pas que. C’est sur une magnifique introduction jazzy rythmée par une harpe et une trompette que débute l’album. « Chicago Boy » nous immisce dans les désirs de la chanteuse. Elle décrit sa rencontre avec un homme et l’attirance qu’il lui produit. Une voix de petite fille surgit dans l’outro et nous prévient de la tournure que les choses vont prendre : « It’s about to get so fuckin’ freaky ». Et elle a bien raison puisque dans « Broke », Ari Lennox est « on fire » et aborde son désir sexuel sans complexe. Une manière de briser le tabou autour de la sexualité féminine.

Alors qu’elle encense les joies de vivre indépendamment dans « New Apartment », Ari Lennox n’est pas heureuse pour autant. La voix de la jeune fille revient à la fin du morceau pour souligner qu’en réalité, la solitude ne l’enchante pas : « And then I realized, oh my god, I need people ».

Une femme vulnérable

Avec une honnêteté implacable, Ari Lennox se dévoile en femme vulnérable sur « I Been ». Elle tente d’oublier son ancien compagnon en passant par la drogue, l’alcool ou bien les applications de rencontre comme Tinder. Son désespoir se fait ressentir par l’intonation de sa voix quand elle clame « And I try, and I try, and I try, and I try, I try ». L’outro est de nouveau un moyen pour la chanteuse de faire passer un message. Ce besoin constant d’être avec quelqu’un n’est pas toujours la solution : « You may never get married again, you may never find the love of your life again, but, hey, that’s life. And please don’t be in a situation where that person’s tearing you down mentally, emotionally, physically, y-we’ve heard it a million times ».

« I’ve been thinkin’ this, thinkin’ of some kids
How I’m agin’, degradin’ when I give it like this
I’ve been cryin’ at night, holdin’ bullet tight
Hopin’ I meet someone different, but it’s true that I don’t »

À 28 ans, la chanteuse voit le temps passer et se questionne sur sa condition de femme. C’est justement le sujet qu’elle aborde dans « Whipped Cream ». Trouvera-t-elle encore l’amour ? Pourra-t-elle avoir des enfants ? Tant d’interrogations que la jeune femme affronte par le biais de la musique.

Avec Shea Butter BabyAri Lennox se dévoile entièrement, d’abord en tant que femme sexy, puis fragilisée par la perte de l’amour. Une vulnérabilité qui fait de cet album un projet honnête et puissant. Sur des mélodies teintées par les influences jazz, soul et R&B, la chanteuse à la voix captivante se présente sous tous les angles et révèle tout simplement ce que c’est d’être une femme.

Crédit photo : © Eva Zar

Kaiit se libère de ses pensées avec « Miss Shiney »

kaiit © Lydia Rui

Quelques mois après la sortie de son premier EP, Kaiit dévoile enfin un nouveau single. « Miss Shiney » est un morceau exaltant qui rappelle à la jeune australienne de lui éviter de trop s’égarer. 

Une musique qui nous rassemble et qui nous représente. Telle est l’initiative de Kaiit, une artiste australienne d’à peine 20 ans. En 2018, elle sort son premier EP, Live From Her Room. En cinq titres et à l’aide de son magnifique grain de voix soul, elle chante des passages de sa vie, le tout en délivrant un merveilleux message d’amour de soi. Une conversation entre copines, le processus pour se remettre d’une rupture, des moments pourtant ordinaires mais qui font la particularité de la musique de Kaiit : la majorité d’entre nous peut s’y identifier.

Huit mois plus tard, Kaiit est de retour avec « Miss Shiney », son premier single de l’année 2019.

« My overthinking will be the death of me »

Kaiit cultive son style musical. À l’instar de son EP, « Miss Shiney » explore différentes facettes du R&B et de la soul old school et puise principalement son inspiration chez Erykah Badu. Cette dernière exerce une grande influence dans la musique de la jeune native de Melbourne.

« And my overthinking will be the death of me
And my pointless stressing will be the remedy
For my motivation that I feel I need »

Un morceau stimulant qui s’inscrit dans la lignée de l’univers de Kaiit. « Ces sons et mots que j’ai choisis sont des rappels à écouter quand je m’auto-sabotage » avoue-t-elle. Ainsi, à travers les paroles de « Miss Shiney », la chanteuse exprime son ressenti face à ses périodes de doute où ses pensées et son stress l’empêchent d’avancer. Une situation à laquelle nous pouvons tous faire face. « Miss Shiney » est donc le remède idéal pour se remettre dans le droit chemin.

Crédit photo : © Lydia Rui

Amber Mark ressuscite le R’n’B old school avec « Mixer »

En puisant son inspiration dans les sonorités old school, Amber Mark dévoile « Mixer », un nouveau single dynamique et incroyablement enivrant.

Brisée par la mort de sa mère, Amber Mark se réfugie dans la musique. Elle écrit sa tristesse et sa colère dans ses chansons et à l’aide de sa voix grave et majestueuse, la jeune chanteuse américaine extériorise ses émotions dans 3:33am, un EP transcendant sorti le 12 mai 2017.
Amber Mark fait ainsi ses premiers pas dans la musique en dévoilant un premier projet lourd de sens. Et pour rendre hommage à sa mère de la plus belle des façons, elle mélange les différentes cultures découvertes lors de ses voyages avec elle et sa famille. De l’Allemagne à l’Inde, en passant par le Brésil, les mélodies de 3:33am retracent leur périple.

Un an après, la chanteuse de 25 ans revient avec Conexão. Un projet qui se veut beaucoup plus chaleureux, notamment de par son titre qui signifie « Connexion » en Portugais. Conexão incarne « l’idée de se reconnecter au monde » avoue-t-elle dans une interview donnée à Konbini. Un nouvel hommage à sa mère, en souvenir de leur dernier voyage au Brésil que l’on ressent à travers le rythme de la bossa nova présent tout au long du projet.

Un hommage au R&B d’autrefois

Aujourd’hui, Amber Mark vit à New York. Comme pour ses titres précédents, elle s’imprègne de la culture de cette grande ville pour sa musique. L’influence se ressent d’abord dans « Put You On », sorti fin 2018, puis dans son premier morceau de l’année. Avec « Mixer », Amber Mark nous embarque dans le New York glamour et rétro des années 70.

« Tell me something, do I make you feel the way that I do?
I been uptight, you got me right, I’m back into my groove
Keep me bumpin’, give me something that I could get used to
I’m a fire, gotta keep me lit all night, all night, they say »

Une mélodie funky teintée par le groove saisissant de la chanteuse. « Mixer » s’inspire de la vieille école du R&B et bercé par la voix d’Amber Mark, il remet ces sonorités au goût du jour pour mon plus grand bonheur.

Crédit photo : © Rachel Cabitt

Quand Kali Uchis reprend « Venus As A Boy » de Björk

Un défi difficile mais relevé avec succès. Pour la radio Triple J, Kali Uchis a repris « Venus As A Boy », titre phare de la chanteuse islandaise Björk.

Ceux qui me connaissent le savent, je voue une admiration sans borne à Kali Uchis. De « Never Be Yours » à « After The Storm », je consomme sa musique sans aucune limite et éprouve toujours autant de plaisir à réécouter le moindre de ses morceaux.

Il y a presque un an maintenant, Kali nous présentait Isolation, son tout premier album. Un merveilleux petit bijou. Entre-temps, la chanteuse colombienne n’a sorti aucun nouveau morceau, nous laissant le temps d’apprécier le projet. Alors que je commençais à m’impatienter, Kali Uchis s’est rendue dans les studios de la radio australienne Triple J en début d’année. Elle nous a ainsi offert une magnifique prestation de son titre « Just A Stranger ». Mais pas seulement.

Une incroyable reprise de Björk

Björk est une grande chanteuse islandaise. Connue pour son authenticité et son avant-gardisme, rares sont les artistes à prendre le risque de reprendre son répertoire. Une excursion épineuse attend ceux qui oseraient s’aventurer dans le monde de Björk. Rien de bien impressionnant pour Kali Uchis qui plonge les yeux fermés dans cet univers en reprenant « Venus As A Boy ».
La Colombienne s’approprie le morceau avec une facilitée déconcertante, surtout quand on sait à quoi ressemble la véritable version. Tout en restant fidèle à la chanson, Kali Uchis use de son majestueux timbre de voix pour rendre hommage à Björk de la plus belle des façons.

Crédit photo : © Prince Chenoa and Jacob Dekat

L’envoûtante Cleo Sol dévoile « One », son premier single

Après avoir sorti un brillant premier EP, Cleo Sol se lance à présent dans la réalisation d’un album. Histoire de nous donner un avant-goût, la chanteuse nous présente « One », un délicieux premier single. 

CET ARTICLE EST DISPONIBLE EN VERSION AUDIO

La première fois que j’ai entendu la voix de Cleo Sol, c’était sur « Selfish » de Little Simz. Son timbre délicat donne au morceau une atmosphère particulièrement chaleureuse, qu’il n’aurait pas eue sans la présence de la chanteuse londonienne.

En solo, Cleo Sol possède une véritable identité musicale. Un mélange de soul et de R&B, le tout, saupoudré de jazz. Je vous entends déjà me dire que la plupart des chanteuses d’aujourd’hui appartiennent à ce style. Mais Cleo Sol a ce petit quelque chose en plus qui fait qu’elle se démarque des autres. Avec son premier EP Winters Songs sorti en mars 2018, la chanteuse modernise le style soul des années 70 et remet ainsi les sonorités de l’époque au goût du jour. Impossible donc de la comparer à Jorja Smith comme à n’importe qui d’autre. Si ce n’est qu’elle goûtera probablement au même succès que sa consoeur de Walsall.

Pour cette nouvelle année, Cleo Sol prépare la sortie de son tout premier album. D’abord en sortant « I’m Still Young » et « Sweet Blue », deux nouveaux morceaux en version live, puis ensuite en dévoilant un magnifique premier single, « One », accompagné de son clip tout aussi renversant.

Un morceau merveilleux

Cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu quelque chose d’aussi somptueux. « One » débute doucement avec la voix de Cleo Sol sur un fond de piano. Puis quand la mélodie se lance enfin, c’est une véritable féerie qui démarre, chaperonné par un texte simple et poétique.

« Just know that you are on your own
But it’s okay cause we are one »

Le clip réalisé par Inflo et Charlie Di Placido toute en sobriété, rend parfaitement hommage à la musique. Avec cette chorégraphie presque majestueuse, Cleo Sol nous emporte dans la magie de son univers. Un univers où tout le monde ne fait qu’un.

« Feels », le séduisant nouveau single de Shay Lia

© earrrrly

Après avoir parsemé 2018 avec de nouveaux singles, Shay Lia débute cette nouvelle année sur les chapeaux de roue avec « Feels », un morceau séduisant et captivant.

La première fois que j’ai entendu Shay Lia, c’était en 2016. Durant cette année, le producteur canadien KAYTRANADA a sorti son tout premier album, 99,9%. Dans « Leave Me Alone », l’avant-dernier morceau du projet, c’est la voix de Shay Lia qu’on peut percevoir. À ce moment-là, je ne la connaissais pas du tout. Bien trop occupée à apprécier les magnifiques productions de KAYTRANADA, je ne lui ai prêté aucune attention. Ce n’est que trois ans plus tard que cette jeune artiste de Djibouti va séduire mes tympans.

Encore une fois, je remercie mes recommandations Youtube de m’avoir fait découvrir « Feels », le nouveau single de Shay Lia, sorti le 18 janvier.

Un morceau intime

Sur une prod. intense et sensuelle signée Stwo, Shay Lia se confie dans ce morceau qu’elle décrit comme le plus intime, sur une dure période qu’elle a traversée l’an passé. Dans sa relation, ça n’allait plus et pour la chanteuse, c’était émotionnellement compliqué. Plus rien ne semblait avoir de sens dans son histoire et les mauvais souvenirs ont pris le dessus sur le reste.

« Do you know where did the tenderness go?
Oh no I can’t think straight anymore
Tonight I will make you forget it all
We both know it’s too many bad memories »

À l’aide de sa voix soyeuse mais puissante, Shay Lia fait le deuil de cette période en exprimant toutes ses émotions dans ce single. Mais comme RIMON, elle en ressort grandie puisque sur son Instagram, Shay Lia explique qu’elle se sent plus équilibrée et surtout plus confiante.

Après avoir découvert ce merveilleux morceau, je n’ai qu’une hâte : découvrir son tout premier projet, actuellement en préparation.

Crédit photo : © earrrrly

RIMON enchante les ondes avec « BBYGIRL FOCU$ »

© Elizabeth Wirija

Seulement dix mois après le lancement de sa carrière, la jeune Rimon dévoile BBYGIRL FOCU$, son premier EP. En 6 morceaux, elle navigue entre les émotions en se remémorant une ancienne histoire d’amour.

Cet été, alors que je cherchais à étoffer ma bibliothèque musicale, je suis tombée par hasard sur le clip de « Realize » d’une certaine Rimon, une artiste d’Amsterdam. Généralement, j’ai seulement besoin d’écouter les premières secondes d’un morceau pour savoir si je vais aimer ou pas. Vous l’avez probablement deviné : avec Rimon, ça a été un coup de coeur immédiat.

Sa carrière musicale débute à peine et pourtant, Rimon a rapidement su séduire les amateurs de R&B. Après l’ascension de Jorja Smith ou bien Mahalia, les talents européens sont de plus en plus pistés.
En rencontrant son producteur, Samuel Kareem, la jeune Érythréenne arrête l’école à 17 ans et se concentre sur sa musique. Son tout premier single « Grace » sort en janvier 2018 et captive l’attention de nombreux médias comme The FaderRimon enchaîne avec « Nighttime » en juin, puis « Realize » deux mois plus tard, la chanson qui me l’a fait découvrir.
Et alors que je venais de faire connaissance avec sa très mince discographie, la chanteuse d’Amsterdam a sorti en novembre son tout premier projet, BBYGIRL FOCU$.

Ascenseur émotionnel

De sa douce voix, Rimon sillonne entre les émotions et nous raconte une histoire en six morceaux. Son histoire. Celle d’un amour passionnel, qu’elle introduit avec « feel it », le premier titre de l’EP. Mais cette liaison n’est finalement peut-être pas la bonne. Dans « sugarcoated love », la jeune chanteuse dépeint une douce relation, « enduite de sucre », qui finira par lui faire « mal aux dents ». Et c’est chose faite dans le troisième morceau de l’EP, « dust » où l’on découvre une Rimon bouleversée et tourmentée par sa déception amoureuse jusqu’au titre suivant, « wherewasu ». Au cinquième titre « moved on », son amant tente de la reconquérir mais elle ne cède pas. Elle s’est relevée de cette douloureuse rupture et est passée à autre chose.
Le projet se clôt sur « focu$ », une hymne à la confiance en soi où Rimon revendique haut et fort sa détermination à penser à elle. Un peu comme Little Simz avec « Selfish »

 

« You don’t need no one
To comfort yourself, embrace yourself »

 

Avec BBYGIRL FOCU$, Rimon se présente brillamment au public. L’EP est construit sur la base d’une thématique : l’amour. De la passion à la déchirure, de la tristesse à la reprise de confiance en soi, la jeune Hollandaise parle au nom de nombreuses jeunes femmes en racontant son passé amoureux.
Son univers doux et puissant à la fois se fait ressentir dans ce projet que ce soit au niveau de la musique ou des paroles. Rimon est définitivement lancée dans l’arène. Ce premier EP lui présage un avenir prometteur.

crédit photo : © Elizabeth Wirija