« Feels », le séduisant nouveau single de Shay Lia

© earrrrly

Après avoir parsemé 2018 avec de nouveaux singles, Shay Lia débute cette nouvelle année sur les chapeaux de roue avec « Feels », un morceau séduisant et captivant.

La première fois que j’ai entendu Shay Lia, c’était en 2016. Durant cette année, le producteur canadien KAYTRANADA a sorti son tout premier album, 99,9%. Dans « Leave Me Alone », l’avant-dernier morceau du projet, c’est la voix de Shay Lia qu’on peut percevoir. À ce moment-là, je ne la connaissais pas du tout. Bien trop occupée à apprécier les magnifiques productions de KAYTRANADA, je ne lui ai prêté aucune attention. Ce n’est que trois ans plus tard que cette jeune artiste de Djibouti va séduire mes tympans.

Encore une fois, je remercie mes recommandations Youtube de m’avoir fait découvrir « Feels », le nouveau single de Shay Lia, sorti le 18 janvier.

Un morceau intime

Sur une prod. intense et sensuelle signée Stwo, Shay Lia se confie dans ce morceau qu’elle décrit comme le plus intime, sur une dure période qu’elle a traversée l’an passé. Dans sa relation, ça n’allait plus et pour la chanteuse, c’était émotionnellement compliqué. Plus rien ne semblait avoir de sens dans son histoire et les mauvais souvenirs ont pris le dessus sur le reste.

« Do you know where did the tenderness go?
Oh no I can’t think straight anymore
Tonight I will make you forget it all
We both know it’s too many bad memories »

À l’aide de sa voix soyeuse mais puissante, Shay Lia fait le deuil de cette période en exprimant toutes ses émotions dans ce single. Mais comme RIMON, elle en ressort grandie puisque sur son Instagram, Shay Lia explique qu’elle se sent plus équilibrée et surtout plus confiante.

Après avoir découvert ce merveilleux morceau, je n’ai qu’une hâte : découvrir son tout premier projet, actuellement en préparation.

Crédit photo : © earrrrly

RIMON enchante les ondes avec « BBYGIRL FOCU$ »

© Elizabeth Wirija

Seulement dix mois après le lancement de sa carrière, la jeune Rimon dévoile BBYGIRL FOCU$, son premier EP. En 6 morceaux, elle navigue entre les émotions en se remémorant une ancienne histoire d’amour.

Cet été, alors que je cherchais à étoffer ma bibliothèque musicale, je suis tombée par hasard sur le clip de « Realize » d’une certaine Rimon, une artiste d’Amsterdam. Généralement, j’ai seulement besoin d’écouter les premières secondes d’un morceau pour savoir si je vais aimer ou pas. Vous l’avez probablement deviné : avec Rimon, ça a été un coup de coeur immédiat.

Sa carrière musicale débute à peine et pourtant, Rimon a rapidement su séduire les amateurs de R&B. Après l’ascension de Jorja Smith ou bien Mahalia, les talents européens sont de plus en plus pistés.
En rencontrant son producteur, Samuel Kareem, la jeune Érythréenne arrête l’école à 17 ans et se concentre sur sa musique. Son tout premier single « Grace » sort en janvier 2018 et captive l’attention de nombreux médias comme The FaderRimon enchaîne avec « Nighttime » en juin, puis « Realize » deux mois plus tard, la chanson qui me l’a fait découvrir.
Et alors que je venais de faire connaissance avec sa très mince discographie, la chanteuse d’Amsterdam a sorti en novembre son tout premier projet, BBYGIRL FOCU$.

Ascenseur émotionnel

De sa douce voix, Rimon sillonne entre les émotions et nous raconte une histoire en six morceaux. Son histoire. Celle d’un amour passionnel, qu’elle introduit avec « feel it », le premier titre de l’EP. Mais cette liaison n’est finalement peut-être pas la bonne. Dans « sugarcoated love », la jeune chanteuse dépeint une douce relation, « enduite de sucre », qui finira par lui faire « mal aux dents ». Et c’est chose faite dans le troisième morceau de l’EP, « dust » où l’on découvre une Rimon bouleversée et tourmentée par sa déception amoureuse jusqu’au titre suivant, « wherewasu ». Au cinquième titre « moved on », son amant tente de la reconquérir mais elle ne cède pas. Elle s’est relevée de cette douloureuse rupture et est passée à autre chose.
Le projet se clôt sur « focu$ », une hymne à la confiance en soi où Rimon revendique haut et fort sa détermination à penser à elle. Un peu comme Little Simz avec « Selfish »

 

« You don’t need no one
To comfort yourself, embrace yourself »

 

Avec BBYGIRL FOCU$, Rimon se présente brillamment au public. L’EP est construit sur la base d’une thématique : l’amour. De la passion à la déchirure, de la tristesse à la reprise de confiance en soi, la jeune Hollandaise parle au nom de nombreuses jeunes femmes en racontant son passé amoureux.
Son univers doux et puissant à la fois se fait ressentir dans ce projet que ce soit au niveau de la musique ou des paroles. Rimon est définitivement lancée dans l’arène. Ce premier EP lui présage un avenir prometteur.

crédit photo : © Elizabeth Wirija

Avec « Selfish », Little Simz signe un merveilleux début d’année

©TAMIYM

Après deux ans d’absence, Little Simz est de retour, les poches pleines de surprises. En plus d’avoir annoncé la sortie d’un nouvel album, la rappeuse a dévoilé un nouveau single : « Selfish ». Une véritable pépite en featuring avec la douce Cleo Sol.

2019 nous prévoit de belles surprises musicalement parlant. Le mois de janvier touche bientôt à sa fin et en ce début d’année, certains artistes ont déjà sorti le grand jeu.

Il y a quelques jours, c’est Little Simz qui a attiré mon attention. La rappeuse prépare actuellement son troisième album, GREY Area, 2 ans après la sortie de Stillness in Wonderland. Fin 2018, elle dévoilait à ses fans trois premiers singles déjà bien prometteurs. Avec « 101 FM », « Offence » et « Boss », c’est une Little Simz puissante et déterminée qu’on retrouvait. Mais c’était avant la sortie de son tout nouveau morceau.

Le 16 janvier, l’Anglaise de 28 ans s’est apaisée pour nous offrir le voluptueux « Selfish », en featuring avec l’élégante Cleo Sol.

La promotion du « self-love »

Dans un décor vintage et une ambiance tamisée, les deux artistes nous offrent une magnifique performance. Sur une prod. aussi groovy que mélodieuse, Cleo Sol ouvre le bal de sa voix douce et mielleuse. Elle est suivie de près par Little Simz, qui par son flow entraînant et son timbre chaud, contraste avec le couplet de la chanteuse. Une alliance entre deux univers bien distincts qui s’emboîtent parfaitement.

« You don’t have to prove you got it when you know it’s yours
I don’t wanna feel disloyal for wanting to do me »

« I’m so selfish » peut-on entendre raisonner en boucle dans notre tête après avoir écouter le refrain. Avec ce titre, Little Simz souligne l’importance de l’amour de soi, du « self-love ». Un beau message transmis à travers un bijou musical. Car oui, parfois ça fait du bien de penser à soi.

Crédit photo : © TAMIYM

UMLA : le génial premier album d’Alpha Wann

Après plus de 10 ans de carrière et trois EP en solo, Alpha Wann a enfin dévoilé UMLA (Une Main Lave l’Autre), son tout premier album. Et ça valait le coup d’attendre.

Auprès de son public et de ses amis, Alpha Wann est connu comme étant un grand technicien du rap. Cette réputation, il l’entretient depuis près de 10 ans maintenant. D’abord au côté de 1995 et de L’Entourage, son flow et son écriture soigneuse ne manquent pas d’impressionner. Mais de nature perfectionniste, Alpha ne s’arrête pas de travailler afin d’atteindre son seul et unique but : devenir un rappeur exceptionnel. Il débute alors sa carrière solo en 2014 avec un premier EP qui met tout le monde d’accord : Alph Lauren. Vient ensuite le volume 2 en 2016 puis le troisième et dernier volume en avril 2018. On est spectateur d’une vraie ascension musicale. Mais après quatre ans, les EP ne suffisent plus à nous rassasier.

Et alors que l’on commençait à s’impatienter, le rappeur s’est enfin senti prêt à passer le cap. Le 21 septembre, Alpha Wann nous a présenté son tout premier album : Une Main Lave l’Autre.

UMLA ou la concrétisation

Avec UMLA, Alpha Wann condense toutes ses années de travail dans les 17 titres de l’album. Parmi ces nombreux morceaux, le rappeur a invité 5 de ses confrères pour des featurings : Infinit’, Sneazzy, Doum’sOG L’Enf et Diabi. Au niveau des prods, ce sont les noms de Hologram Lo’, VM The Don ou Seezy qui reviennent le plus souvent.

L’album débute sur le titre « Le Piège ». Entre technique, egotrip et punchlines, le morceau introduit parfaitement et réunit tous les points forts du rappeur afin de nous préparer à ce qui va suivre. « J’arrive en mode raptor » dit-il. Et il a bien raison puisque dans le deuxième morceau, « Starsky & Hutch », Alpha nous crache un « feu » renversant imbibé d’egotrip. Mais alors qu’il a fait de ce style sa marque de fabrique, pour UMLAle Phaal lève le voile sur des moments de sa vie. Le temps de trois morceaux, il met l’egotrip au placard et nous conquit aisément. Entre ses échecs amoureux dans « Pour Celles » et ses nombreux regrets dans « Fugees », on est loin du personnage confiant et avide de succès. Et quand on pensait qu’il nous en avait déjà beaucoup dit, le seizième et avant-dernier morceau nous met une claque.

« C’qui ne m’tue pas me rend plus fort et rend mes lyrics amers »

« Une Main Lave l’Autre », du même nom que l’album, est sans aucun doute mon morceau favori. Rempli de remords et d’amertume, Alpha Wann dépeint sa vie de sa naissance à aujourd’hui sur une magnifique prod. de Hologram Lo’. Il évoque notamment sa famille et la honte qu’il semble représenter pour elle. Mais comme il l’explique dans la citation plus-haut, tous ses regrets ont l’air d’avoir nourri son art.

Une Main Lave l’Autre signe une véritable consécration dans la carrière d’Alpha Wann. Que ce soit au niveau de la technique ou des lyrics, le rappeur a surpassé toutes nos attentes. Il a fait l’unanimité auprès du public et certains proposent déjà de l’élever au rang de » classique ». Si l’album reste une inévitable démonstration de ce qu’il sait faire de mieux, à savoir le kickage, il réussit à oublier l’egotrip et ose se confier dans trois magnifiques morceaux. Avec UMLA, Alpha Wann démontre qu’il a déjà atteint son but : il est bel et bien un rappeur exceptionnel.

Gucci Mane réunit Bruno Mars et Kodak Black dans « Wake Up In The Sky »

Pour célébrer la rentrée comme elle se doit, Gucci Mane n’a pas fait les choses à moitié. En s’associant à Bruno Mars et Kodak Black, il fait sensation avec le titre « Wake Up In The Sky ».

Après une retraite de trois mois, me voilà de retour devant mon clavier d’ordinateur. Certaines circonstances ont fait que j’ai perdu l’appétit d’écrire. Alors que j’essayais tant bien que mal d’être à jour sur toutes les nouveautés musicales de l’été, j’ai tout simplement décidé de passer mes vacances sans me prendre la tête. Arrivée au mois de septembre, écrire commençait à me manquer. Avec mon répertoire de « musiques à découvrir » qui débordait, j’étais à 99% sûre de trouver une idée d’article. Malheureusement, rien ne m’a transcendé… jusqu’au jour où Gucci Mane, Bruno Mars et Kodak Black ont décidé de sortir un morceau.

Une collaboration réussite

« Wake Up In The Sky » est une ode au vice et au plaisir. Le trio parle drogue, alcool et autres réjouissances. Pour ouvrir le bal, rien de mieux que la séduisante voix de Bruno Mars avec un refrain plus qu’explicite.

« I drink ’til I’m drunk, smoke ’til I’m high
Castle on the hill, wake up in the sky
You can’t tell me I ain’t fly »

Entièrement produit par ce dernier, tout a été pensé afin de goûter à une sensation des plus enivrantes. Sur cette mélodie délicate et rythmée à la fois, la voix de Bruno Mars prime et guide celles de ses camarades. Gucci Mane prend ensuite les commandes le temps d’un couplet. Enfin, le morceau s’achève avec Kodak Black. À noter que cette collaboration signe le grand retour du rappeur après sa récente sortie de prison.
Peut-être surprenant pour certains au premier abord, le trio Gucci Mane, Bruno Mars et Kodak Black semble une évidence à l’écoute de « Wake Up In The Sky ». Il apparaîtra sur le treizième album de Gucci Mane, Evil Genius, toujours sans date de sortie.

Mes 4 performances live préférées

♪ Mes 4 performances live préférées

Roméo Elvis, Jorja Smith, Kali Uchis… pour le plus grand bonheur de vos oreilles, je vous présente mes quatre performances live favorites. 

Les lives sont le meilleur moyen de savoir si un artiste est capable d’assurer en dehors du studio. Ici, je ne parle pas de concerts mais plutôt de performances inédites que certains livrent pour les médias. On découvre ainsi une autre facette du talent de l’artiste. Car performer un morceau qui n’est pas de son répertoire peut révéler de sacrés surprises. Dans les pays étrangers, on déniche de magnifiques reprises grâce à cela. En France, j’aurais tendance à évoquer l’émission « Planète Rap » sur Skyrock où de nombreux rappeurs viennent nous vendre du rêve. Je ne l’ai pas mise dans mon classement, mais la collaboration entre LomepalAlkpote et Philippe Katerine restera longtemps gravée dans ma mémoire. France Inter ou Radio Nova présentent également de très belles reprises.

Pour vous, j’ai donc établi le top 4 de mes performances live préférées.

4. Kali Uchis – Never Be Yours

« Never Be Yours » est un morceau de Kali Uchis présent dans sa mixtape Druken Babble sortie en 2012. C’est avec cette performance que je suis tombée sous son charme. Dans le titre original, sa voix est trafiquée afin de lui donner un effet « mauvaise qualité », comme si l’enregistrement avait été fait à travers un téléphone. Personnellement, je trouve cette version nettement plus attrayante. Sa voix est tellement agréable à écouter qu’elle n’avait pas besoin de la transformer.

3. Jorja Smith – Man Down (cover)

En numéro trois, une cover très récente puisqu’elle date du 7 juin. C’est celle qui m’a donné l’idée de faire cet article. Pour faire la promo de son album Lost & Found, Jorja Smith a été invité par BBC Radio. C’est là qu’elle nous a livré cette magnifique reprise de « Man Down » de Rihanna. J’adore ce titre et à sa façon, Jorja lui donne une toute nouvelle atmosphère.

2. Roméo Elvis ft. Angèle – Victime de la mode (cover)

J’écoute cette cover tous les jours dans l’espoir qu’elle soit un jour enregistrée en studio. Sous la prod. du titre de SZA « Go Gina », Roméo Elvis et Angèle reprennent le mythique « Victime de la mode » de Mc Solaar. Les deux univers distincts du frère et de la soeur s’associent tellement bien. Ce live est tellement sublime qu’il mérite amplement sa deuxième place dans mon classement.

1. Joey Bada$$ – When Thugs Cry (cover)

La cerise sur le gâteau, le pompon sur la Garonne, le clou du spectacle ! Quatre minutes de pur bonheur. Cette reprise est littéralement tombée du ciel. Je suis certaine qu’elle a été faite rien que pour moi. Je ne sais comment, Joey Bada$$ a su comment me faire tomber amoureuse et c’est comme ça qu’il a décidé de réaliser cette cover. Parce que oui, reprendre Prince, c’est quasiment une demande en mariage pour moi. Je vous laisse profiter de l’écoute. La musique parle d’elle-même.

Crédit photo : © Joey Tortuga

Jorja Smith présente « Lost & Found », son premier album

© Rashid Babiker

À seulement 21 ans, Jorja Smith sort son premier album. Avec Lost & Found, elle confirme ce que tout le monde pensait déjà tout haut. Oui, c’est bien elle, la relève de la soul music.

Il y a plus d’un an, je vous présentais le titre d’une jeune chanteuse fabuleuse promise à un bel avenir. Alors qu’elle faisait ses premiers pas sur scène, elle possédait déjà tous les attraits nécessaires pour devenir une grande artiste. Son charisme, sa voix, son authenticité, les ingrédients qui composent le cocktail parfait. Une année est passée et jamais auparavant j’avais réalisé à quel point une vie peut changer en si peu de temps. J’avais oublié le pouvoir d’Internet. Celui de propulser si rapidement les personnes vers le haut. J’ai donc commencé à voir son visage un peu partout sur Twitter. Comme moi, les internautes sont vite tombés amoureux de cette voix frémissante qui balance entre le soul et le r&b, tantôt vers le jazz.

À 11 ans, elle écrivait ses premières chansons. Aujourd’hui, Jorja Smith a 20 ans et elle nous présente Lost & Found, son tout premier album.

L’univers de Jorja Smith

Sa carrière débute avec des featurings, notamment avec Drake et Kali Uchis. Avec 12 titres et aucune collaboration sur Lost & Found, Jorja Smith affirme sa singularité.
L’album débute sur le titre du même nom que l’album. Après une intro envoûtante de 1 minute 30, la voix de Jorja Smith retentit et là, c’est le coup de foudre. Fermez les yeux. Ça y est. Nous voilà plongés dans un univers fascinant, entre onirisme et sensualité. Entre soul et R&B. L’univers de Jorja Smith.

On flâne entre les morceaux en espérant que jamais ça ne s’arrête. On passe par le chemin des aînés avec « Where Did I Go ? » et « Teenage Fantasy » pour ensuite arriver à un passage encore inexploré, inauguré par « On Your Own ». Mention spéciale au morceau « The One » qui est probablement mon favori. Le passage des couplets au refrain est tout simplement magique. Avec des mélodies aussi douces que le miel, l’écoute se fait sans effort. Aucune discorde entre les titres, seulement une parfaite harmonie.
Et c’est sur une touche de mélancolie que l’album se termine. Dans « Don’t Watch Me Cry », c’est une Jorja au cœur brisé que l’on entend. Une hymne pour toutes les femmes qui ont vécu une rupture difficile.

Lost & Found est réussi. Très réussi. Avec l’énorme notoriété qu’elle a acquis en si peu de temps, la difficulté aurait été que cet opus ne corresponde pas à nos attentes. Mais Jorja Smith n’a déçu personne. Elle surprend même, en proposant bien plus qu’un simple album. Lost & Found incarne le début d’un nouvel âge d’or pour la soul britannique. À sa tête, bien évidemment, Jorja Smith.

« Un futur talent à suivre de très près » vous disais-je en 2017. Je vous avais prévenus…

Crédit photo : © Rashid Babiker

LOVE LOVE TAPE VOL. 2 : ma playlist Saint-Valentin

Le 14 février, personne n’échappe à la Saint-Valentin. Pour les fans de musique, c’est l’occasion d’écouter vos morceaux préférés pour vous mettre dans l’ambiance.

"<center

Je profite de la Saint-Valentin, de cet évènement placé sous le signe de l’amour pour vous sortir une nouvelle tape entièrement dédiée à ce thème. La dernière était consacrée au rap français et aujourd’hui, c’est une toute autre ambiance que je vous propose.

En dehors du rap, j’adore la soul et le r&b. Deux genres musicaux totalement appropriés pour la Saint-Valentin.
Pour cette Love Love Tape, je vous fais écouter des artistes que je vous ai déjà présenté précédemment, comme Kali Uchis ou bien Sabrina Claudio et je traverse également le temps car la plupart des titres ne datent pas d’hier. Ce ne sont pas forcément des « chansons d’amour », simplement des sons que j’aime écouter quand je suis d’humeur sentimentale.

Sur ce, bonne écoute et bonne Saint-Valentin à tous ! ❤

LOVE LOVE TAPE VOL.2